identifiant

Mot de passe oublié ? S'inscrire

Culture 41

A la mesure de l'univers

Auteur(s)Jón Kalman Stefánsson (1963-...) (Auteur); Boury, Eric (1967-...) (Traducteur)

Titre(s)A la mesure de l'univers [Texte imprimé] : chronique familiale : roman / Jón Kalman Stefánsson ; traduit de l'islandais par Eric Boury.

Editeur(s)[Paris] : Gallimard, DL 2017 (61-Lonrai : Normandie roto impr.).

Collection(s)(Du monde entier).

Résumé"Et maintenant, il est trop tard, répond Ari, pétri de remords. Anna esquisse un sourire, elle lui caresse à nouveau la main et lui dit, quelle sottise, il n'est jamais trop tard tant qu'on est en vie. Aussi longtemps que quelqu'un est vivant." A la mesure de l'univers est la suite du roman D'ailleurs, les poissons n'ont pas de pieds. Ari rentre en Islande après avoir reçu une lettre de son père lui annonçant son décès imminent. Le jour se lève sur Keflavik, l'endroit le plus noir de l'île, à l'extrémité d'une lande à la végétation éparse et battue par les vents. Ici, la neige recouvre tout mais, partout, les souvenirs affleurent. Ari retrouve des connaissances qu'il n'a pas vues depuis des années. Ses conversations et ses rencontres le conduisent à s'interroger et finalement à accepter son passé : les deuils, les lâchetés, les trahisons, afin de retrouver celui qu'il était, et qui s'était perdu "au milieu du chemin de la vie". Comme dans la première partie de son diptyque, Jon Kalman Stefansson entremêle les époques, les histoires individuelles et les lieux : le Norofjörour, dans les fjords de l'Est, où évoluent Margrét et Oddur, les amants magnifiques, et Keflavik, ce village de pêcheurs interdits d'océan, très marqué par la présence de la base militaire américaine. Dans une langue à la fois simple et lyrique, nourrie de poésie et de chansons de variétés, agissant comme autant de madeleines de Proust, l'auteur nous parle de mort, d'amour, de lâcheté et de courage. Mais ce récit délivre aussi un message d'espoir : même si le temps affadit les plus beaux moments, ces derniers restent vivants au coeur de l'homme, car le langage a le pouvoir de les rendre éternels. L'amour est le ciment et la douleur du monde.

Traduit de : Eitthvaó a st‘ró vió alheiminn.

Indice(s)803

Du même auteur Du même éditeur
Slide à la main possible dans le tableau
Exemplaires
Bib. actuelleDate retour estiméeSituationCoteLocalisationN° du documentPublic concernéPropriété deUtilisation
Saint AignandisponibleR STEroman adulte34100021650112AdulteDLP41Pret normal
MontoiredisponibleR STEroman adulte301012341AdulteMontoirePret normal
Selles sur CherdisponibleR STEroman adulte30723860AdulteSelles sur CherPret normal

Description

Chargement en coursChargement en cours...
Source : Amazon

Commentaires en ligne

Chargement en coursChargement en cours...
Source : Amazon

Biographie

Source : Wikipédia
Chargement en coursChargement en cours...

Note (0)

0 votant

Note de la notice : 

Vous aussi, vous pouvez donner une note :

Commentaires (0)

Ajouter un commentaire
Aucun commentaire